Moi, Aliona Ditte en octobre 2016Notre monde technocrate est très prometteur de confort. En quête de ce confort les choses simples et naturelles sont remplacées par des choses compliquées et contraires à la nature humaine et à la nature tout court. La biosphère devient une technosphère (ogm, pesticides...)

A la place d'écouter ce qu'il se passe en réalité en nous-mêmes et autour de nous, nous nous oublions devant la télé ou grâce aux substances stupéfiantes (alcool, drogues, médicaments)

Nous préférons camoufler les symptômes plutôt que d’en chercher la cause. Dans le cas de la fatigue et le manque de vitalité on prend une boisson énergisante ou un café bien corsé. Dans la maladie on prend des médicaments sans vraiment en chercher la cause. Pour les moments où nous avons un sentiment de vide ? d'une vie qui passe sans être vécue ? Un antidépresseur...  Si l’enfant n'écoute pas,incommode, on lui donne un neuroleptique...

Caricatural ? ça dépend...

En tous les cas le "progrès" a tout prévu ! Il y a une solution pour tout ! Mais à quel prix?... Nous déléguons nos pouvoirs d'auto-régulation et d'auto-guérison, nous perturbons l'écologie de nos corps et de notre environnement...

Par nos choix nous créons le monde

Si le produit est vivant, il est bon pour la consommation humaine (interne ou externe), s'il est technique il est bon pour la consommation des machines. La techno-sphère prend au-dessus de la biosphère. Les scientifiques (une partie du moins) disent que nous sommes proches du point de non-retour... Que nous attend-il alors ? Peut-être pourrions nous ne pas en arriver là ?

Pour que l'on puisse assimiler les produits "techniques" il faut qu'on les rende vivants. Et cela se fait sur le compte de notre propre vitalité, de nos ressources énergétiques, mais elles ne sont pas inépuisables...

 

J'aime beaucoup le concept du mouvement RAW (crudivorisme en français, mais j'aime mieux "cuisine vivante"), même si je ne suis crudivore qu’à 37% (sans être exacte))

Pour ne pas altérer son énergie vitale, pour que cette énergie puisse nous aider à créer et non pas a digérer, nous devons consommer des produits vivants.

 

Je conçois mes produits selon ces mêmes principes : je respecte au maximum les températures pour ne pas détériorer les matières premières que je choisis avec beaucoup de soin, je fais également attention à l’état d’esprit dans lequel je suis en les fabricant. Je crois qu'en fabricant quelque chose, nous transmettons nos propres énergies aux produits, et ses énergies seront par la suite transmises à ceux qui les utiliserons.

J'aime beaucoup ce que je fais en ce moment : concevoir, fabriquer. J'espère que ma joie et mon amour vous sont transmis par le biais de mes savons, mes psy-aromatiques et mes bougies.

 

 

  • Partagez :