Cosmétique maison

Cosmétique maison – danger ?

Probablement vous avez vu passer toute une série d’articles dans les revues, à la télé et sur Internet sur la dangerosité des cosmétique « fait maison ».

Voici l’un parmi d’autre https://www.bfmtv.com/societe/les-cosmetiques-faits-maison-sont-ils-dangereux_AN-202102130077.html

Mais si vous tapez sur votre moteur de recherche « cosmétique maison dangereuse » vous aurez énormément d’article sur ce sujet.

Tous les articles vous donnent les noms des chercheurs ou des instituts ou des laboratoires qui on fait tester les recettes trouver par ci par là de différents cosmétiques (du dentifrice à la crème solaire, on en trouve de tout).

Sauf que nous avons également des articles sur la malhonnêteté intellectuelle de certains scientifiques.

Voici, pour exemple, le reportage fait par ARTE https://youtu.be/6IGVqsnxCE0 « La fabrique de l'ignorance | ARTE »

Il ne parle pas des cosmétiques en particuliers. Il aborde plusieurs sujets qui créer les polémiques dans la société (5G, perturbateurs endocriniens…) et montre comment les scientifiques se prennent pour démontrer qu’il n’y a pas de danger en omettant certains faits.

Alors faut-il se méfier des cosmétiques maison ? Faut-il croire les articles qui parle de leur dangerosité ou se dire que c’est un complot des grandes marques qui demandes à leurs scientifiques de discrédité ces cosmétiques ?

Comme je « baigne » là-dedans depuis plus de 15 ans (et j’en ai fait des expériences), j’ai suivi une formation qui contenait la partie de « Bonnes pratiques de fabrications », je voudrais vous proposer ma vision sur ce sujet.

 

Les dentifrices "maison"

Cela dépend de sa composition.

Les dentifrices qui contienne des poudres (bicarbonate de soude, argiles, carbonate de calcium etc.) peuvent abîmer l’émail des dents.

Le jus de citron est trop agressif pour l’émail. En effet il blanchi, mais à quel prix ? Par exemple j’ai vu une recette pour dentifrice de carbonate de soude avec du jus de citron qu’on fait au fur et mesure) est un non-sens. Du un le bicarbonate de soude pure est trop agressif pour les gencives, ainsi que pour l’émail. Le jus de citron est trop agressif pour l’émail. En mélangeant les deux nous obtiendrons une réaction chimique ou les deux se neutralisant. Donc une partie de leur « agressivités » sera absorbé par la réaction chimique, mais qu’est-ce qu’on obtient ?

dioxyde de carbone + eau + acétate de sodium

Pour les deux premiers c’est clair, mais qu’est-ce que c’est acétate de sodium ? Il n’est pas dangereux, mais juste irritant pour les muqueuses… pour la bouche, pour les gencives. C’est à peu près la même chose que le bicarbonate (ou carbonate) de soude et le vinaigre qu’on propose pour nettoyer les canalisations. En effet cela nettoie et c’est cette effervescence qui le fait, cette réaction chimique.

Le citron c’est la version moins agressive du vinaigre, mais est-ce vraiment nécessaire de se nettoyer les dents comme une canalisation ?

En revanche les ingrédients tel que les plantes (siwak, réglisse, curcuma) seront très bénéfique pour la muqueuse et les dents. Mais la réglisse et le curcuma risque de colorer les dents.

Egalement des recettes douces où on mélange d l’huile de coco avec des poudres de plantes ou argiles, ou encore bicarbonate de soude (mais comme je vous disait, je pense que le bicarbonate de soude est à proscrire dans la composition de dentifrice sauf en rinçage de bouche à une dilution assez importante comme 10g de bicarbonate de soude pour 200ml d’eau) sont acceptables, mais la plupart de temps les poudres sont abrasives, donc nuisibles pour l’émail des dents, alors on en mets peu ou pas du tout et on alterne avec les dentifrices « conventionnels » bio de préférence.

Une autre recette maison du dentifrice : à la place du dentifrice on utilise le savon. Le savon de Marseille, savon à froid, ou du savon que les producteurs appel « dentifrice » (c’est le même savon par saponification à froid, mais en plus petite quantité).

Je n’ai pas trouvé des recherches valides en ce qui concerne le savon à la place du dentifrice, mais beaucoup de commentaires par les gens qui l’utilisent depuis un moment. Leurs commentaires sont enthousiastes et élogieux.

Dans ce cas, il me semble que le savon à froid est plus adapter pour cette utilisation puisqu’il est beaucoup plus doux que le savon de Marseille.

Malgré que le savon c’est ma passion, je reste l’adepte du dentifrice classique. J’aime en particulier les dentifrices Weleda pour leurs douceurs, ingéniosité (les plantes, la myrrhe, le dentifrice salin) et leurs certificats Demeter et BDIH. (Ne considérer pas cela comme publicité, je ne suis pas payer par Weleda, j’aime vraiment leurs produits et je partage cela avec vous si vous vous poser questions aux alternatives aux dentifrices du commerce). Certes, ce n’est pas zéro déchet, mais je tiens trop à mes dents et je fais beaucoup d’effort dans d’autres aspects de ma vie.

Donc dentifrice « fait maison » oui, mais tout dépend des ingrédients. A ce qu’il faut encore faire attention avec les dentifrices qui ne sont pas fermer dans un tube c’est à l’oxydation si les produits contiennent des huiles et les poudres de plantes et aux germes qui peuvent se développer si le dentifrice ne sèche pas assez vites (les savons et les galettes, ou même les boîtes avec les poudres et vous y faites tomber de l’eau).

 

Les crèmes et tous les produits qui contiennent de l’eau

Dès que vous mettez de l’eau dans votre produits beauté il développera des germes (sauf le savon à froid, puisqu’à la sortie de la cure (le temps de saponification et séchage il ne reste plus d’eau).

Bien-sûr toutes les recettes avec de l’eau prévois un conservateur. Le conservateur, même dit « biologiques » reste un produit irritant. La dose… ici nous avons une approximation.

Comment est-ce que la personne qui a élaboré la recette procède ? elle a lu sur le flacon la dose recommandée prévue pour un tel pH du produit. Par exemple 0,5 – 3% pour un pH du 4 à 6.

Mais pour avoir une précision nous devons faires des tests qui durent quelques semaines. Souvent on précise dans la recette que le produit peut-être garder au frigo un mois. Mais c’est hypothétique… Ces tests sont trop couteux, donc les recommandations sont faites « à l’œil ».

Je ne vous cache pas que moi-même, j’ai fait pleins de produits à l’eau pour le fun, pour essayer, par curiosité. Je les utilisais comme crème pour les mains (jamais sur le visage) et pas plus d’une semaine.

Donc c’est à vous de voir, mais je dirais que c’est non. En tous les cas pas pour le visage certainement.

 

Les crèmes solaires

Les crèmes, comme je disais plus haut, contienne de l’eau avec tous les problèmes qui en découlent. De plus, comme protecteur solaire on utilise des ingrédients hautement oxydants comme oxyde de titanium et oxyde de zinc (en gros, ils abîment les cellules et précipitent le vieillissement ou autres désagréments pour vivant, je viens de penser que j’ai écrit il y a longtemps un article sur le stress oxydatif https://bellecomme.com/blog/20-antioxydants )

En revanche les beurres et les huiles solaires « maison » sont parfaites. C’est vrai que le SPF ne montera pas plus de 6 avec les ingrédients 100% végétales, mais c’est toujours bon (vu que je n’utilise pas des crèmes solaires, puisqu’elles posent des problèmes santé (nanoparticule, stress oxydatif (il faut voir qui procure plus de stress oxydatif la crème ou le soleil…)) ainsi que des problèmes écologiques (sont nuisibles à la vie aquatique).

Le beurre de karité et cacao, l’huile argousier, huile de karanja. On peut faire des pommade en mélangeant les ingrédients au bain Marie, ou utiliser juste un des ingrédients (à vrais dire le beurre de karité ou encore plus de cacao ne sont pas facile à utiliser seule).

 

Les savons

Les savons à froid, à chaud et melt&pour.

Les derniers, c’est important de bien choisir sa base. Qu’elle soit de préférence naturel, végétale et bio. Ici c’est tout simple, on chauffe pour fondre, on ajoute les plantes, les huiles essentielles ou tout ce qu’on a prévu, on moule, on attend 24h (même moins), on démoule et on utilise.

Les savons à froid maison sont parfaits, juste il faut prendre toutes les précautions puisqu’on manipule de la soude caustique et on calcule bien sa recette pour que le savon soit doux, qu’il ne soit pas caustique, donc trop agressif pour la peau. Les savons à chaud maison sont aussi très bien, mais il faut prévoir beaucoup plus de temps.

 

Les shampoings

Les shampoings peuvent se faire par saponification à froid ou par mélange des poudres. J’ai fait les deux et en ce qui concerne les poudres (les plus utiliser sont SCI ou SCS, j’ai écrit un article https://bellecomme.com/blog/77-shampoing-solide-probleme donc je ne vais pas me répéter ici).

Par saponification à froid pour moi c’est très bien, juste il faut prévoir les huiles et les beurres qui sont mieux adapter pour les cheveux : huile de ricin, beurre de karité, de cacao…

 

Les baumes, les pommades pour visage, mains, corps…

Pour moi ce sont les produits N1 à faire à la maison : c’est facile, c’est rapide, on l’adapte à nos besoins, c’est zéro déchet (puisque vous pouvez réutiliser à l’infinis vos pots), c’est peu couteux et c’est valorisant et fun.

Comme ingrédients on emplois les beurres et les huiles végétales, de la cire d’abeille ou autres cires (florale, de tournesol, carnauba mais il faut faire attention à leur provenance). On peut ajouter des macérât des plates, des huiles essentielles pour encore mieux adapter le produit aux besoins de la peau.

 

Comme conclusion

A mon avis les produits cosmétiques maison pour la plupart ne sont pas dangereux, mais ils peuvent l’être.

Et pour se préserver voici quelques conseils :

- Utilisez des produits naturels, végétales et bio de préférence

- Naturel n’est pas synonyme d’anodin. Pour cela examinez chaque ingrédient que vous souhaitez employer. L’ingrédient doit être de la qualité alimentaire ou cosmétique.

- Si vous utilisez les huiles essentielles renseignez-vous sur ces contre-indications et précautions.

N’utilisez pas les huiles essentielles photosensibilisantes dans les produits de jour (citron, orange, bergamote, mandarine…)

N’utilisez pas les huiles essentielles dermocaustiques (tagèle, cannelle, hysope off., thym (sauf celui à thujanol ou linalol, mais très diluée), de bouleau, de cade…)

Avec précaution employez les huiles essentielles « hormone-like » telles que la sauge, cyprès toujours vert…

- Nettoyez et aseptisez votre matériel et les pots.

 

Et surtout ne vous privez pas ! Faire ces produits maison c’est trop top !

  • Partagez :